MENU

Expression des listes

Tenir nos engagements

Notre presse régionale se fait régulièrement l’écho de nouvelles aspirations de notre population vis-à-vis de nos politiques publiques. Ainsi peut-on relever dans le courrier des lecteurs des expressions contradictoires en matière de souhaits de gouvernances. Un certain nombre de nos concitoyens souhaitent être davantage associés aux décisions qui impactent leur quotidien… quand d’autres (moins nombreux semble-t-il) considèrent que les élus sont là pour ça et que le choix se fait dans les urnes.

Nos engagements de campagne étaient (et restent) clairement orientés vers un développement, une ouverture à la participation citoyenne, même si cette dernière existait (sans le dire) au travers des nombreuses actions citoyennes personnelles ou associatives se déroulant sur le terrain.

La mise en place officielle de nos conseils consultatifs le 2 septembre dernier à La Jubaudière est la première pierre d’un édifice qui reste à construire ; vous en trouverez la liste dans l'encart de ce Mag. Nous avons pu compter sur l’engagement de près de 75 personnes, c’est encourageant.

De même le « Comité des sages » est en route, et même s’il nous manque encore quelques candidats, nous devrions pouvoir faire le plein. Sa mise en place devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

Nous nous étions également engagés à mettre en place un « Conseil municipal des enfants ». Il sera tenu, mais sans doute là aussi avec une temporalité décalée. Certaines communes déléguées s’en étaient dotées et cela fonctionnait plutôt bien. D’autres avaient pris l’initiative de rencontres d’enfants entre communes déléguées, initiative intéressante également. Il nous reste à décider quelle tranche d’âge serait concernée, quelle représenta­tivité de territoire, quelle fréquence de réunions… Bref, il faut coconstruire à cette nouvelle échelle de Beaupréau-en-Mauges. La mise en place de ce conseil des enfants ne pouvant se faire qu’à dates précises (janvier et septembre), la prochaine rentrée scolaire nous paraît être un bon objectif. Les élus en charge de ce dispositif y travailleront durant toute cette année scolaire 2021/2022. Ils sauront très certainement attirer notre jeunesse, la motiver pour faire d’eux demain des acteurs privilégiés et indispen­sables à l’avenir de notre territoire.

Ayons et faisons confiance à notre jeunesse.

Beaupréau-en-Mauges, Cap 2026
Ensemble partageons demain


 

Plus chère et loin des gens

Dans son rapport, la chambre régionale des comptes pointe le fait que les dépenses de fonctionnement ont augmenté plus vite dans les communes nouvelles que dans les communes non fusionnées.

Pour nous, les communes nouvelles sont des « machins » loin des gens. Ces nouvelles organisations incitées et financées en partie par l’état (dotation en progression de 13%) ont été créées au pas de charge sans réelle consultation de la population. Nous ne ressentons pas, après plusieurs années de fonctionnement, une véritable adhésion des habitants, car avec la disparition des communes historiques, il y a une perte de proximité et une concentration des pouvoirs qui échappent aux citoyens. Les français sont attachés à leurs communes, à leurs départements. Les super structures (commune nouvelle, communauté de commune, hyper région) sont loin de leurs préoccupations, de leurs attentes et les éloignent des choses publiques.

Une façon de revenir à un intérêt pour les questions publiques viendra peut-être de la vitalité des conseils consultatifs. Une autre piste est possible : redonner aux communes déléguées des compétences sur les décisions qui touchent la proximité.

David Terrien, Claudie Léon, 
Didier Lecuyer, Christelle Annonier,
"Beaupréau-en-Mauges en Transition
Écologique Sociale et Démocratique"

Imprimer

  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-